5G : L'éminence de la prochaine génération des téléphones portables.

5G : L’éminence de la prochaine génération des téléphones portables.

Après les récents débats, la 5G en France ne cesse de faire rêver bon nombre de citoyens français.  Désireux d’avoir une connexion internet ultra rapide, ces millions de français sont tous avides de cette technologie. Dès lors, d’aucuns se demandent si le gouvernement n’a pas encore trouvé la solution pour mettre fin aux “zones blanches” ?

Ce jeudi 19 décembre 2019, c’est la 5G qui est à l’ordre du jour. En effet, il s’agit de la prochaine génération de téléphones portables, ultra-rapides. Ce qui fait la part belle de cette technologie, c’est qu’il y a derrière tout ça des enjeux mondiaux et des enjeux d’hyper-proximité.

En effet, ce qui fait plus ou moins peur, c’est la tournure que prend l’utilisation de la 5G. Elle renferme en elle-même, des enjeux mondiaux qui dépassent notre entendement. Par exemple, on peut citer la géopolitique, qui est quasiment une nouvelle guerre froide. La question est simple :que faut-il pour faire un réseau 5G pas cher, acheté du matériel du chinois Huawei ? Les États-Unis estiment que c’est une porte d’entrée technologique, offerte à la Chine, pour de l’espionnage à grande échelle.

L’Allemagne, par exemple, est menacé de représailles économiques par les deux blocs américains et chinois si elle fait un choix. En France, il y a déjà du matériel Huawei mais pas encore pour la 5G. Aux Etats Unis, les débuts de la 5G sont loin d’être paisibles. Si les opérateurs rivalisent d’effets d’annonces dans leur course à la couverture, le public se montre souvent déçu, le réseau n’étant parfois accessible que dans un quartier, voire quelques rues, et les téléphones compatibles étant rares.

Un sujet à débats

La question autour de l’équipementier chinois fait l’objet de débat et reste en suspens malgré le désir des citoyens d’en bénéficier. Et pour cause, cela représente des investissements colossaux, pour avoir un vrai déploiement de la 5G et pouvoir l’étendre sur tout le territoire français, avec des débits hyper-rapides.

Une discrimination qui pénalise le développement économique

Il avait aussi émergé lors de la campagne présidentielle. En effet, il existe jusqu’à présent des territoires oubliés. Ces derniers ne bénéficient pas d’une très bonne couverture. Ainsi, ils disposent d’un très mauvais réseau téléphone qui constitue une entrave à la proximité entre les différentes régions. Ceci favorise également le sentiment d’oubli mais aussi constitue un obstacle dans un contexte de mondialisation. Dès lors, c’est une discrimination et ça pénalise en plus, le développement économique de ces territoires oubliés.

Ainsi, conscient de cette situation, le gouvernement a passé ce qu’on appelle un « new deal » avec les opérateurs afin de les obliger à combler des zones blanches, à convertir leur réseau en 4G et à étendre la fibre sur tout le territoire.

Si la conversion à la 4G se fait à la vitesse de l’éclair, en revanche sur les 1.172 zones blanches identifiées, en un an, seulement 4 ont été couvertes. Les opérateurs téléphoniques disposent encore d’environ 6 mois pour combler leur retard. L’ARCEP qu’on appelle le gendarme des télécoms est vraiment obligé de jouer au gendarme. Mais il a eu du mal à contraindre les opérateurs.

La 5G à n’importe quel prix ?

Un appel d’offres, lancé ces jours-ci permet si on peut le dire de redistribuer les cartes. Les opérateurs (Orange, SFR, Bouygues, Free) vont participer à des enchères, pour acheter des fréquences 5G. Le gouvernement a lancé l’opération a un prix qu’il juge raisonnable pour que les opérateurs ne se ruinent pas. Il faut qu’ils investissent dans leurs réseaux, dans les émetteurs, plutôt que de tout mettre dans les fréquences. Mais la question qui se pose est si le gouvernement fera encore pression sur les opérateurs ou pas.

Pour les opérateurs, le prix de d’origine d’environ 2 milliards d’euros pour l’ensemble est toujours trop cher. Cependant qu’en est il pour l’Etat? Certains pensent que ce prix constitue une vraie aubaine qui est assez inédite. Donc est-ce une bonne idée ? Oui. En effet, pour ne pas se faire avoir comme tous leurs prédécesseurs, les ministres ont imposé dans le cahier des charges, des obligations de déploiement claires et précises.

Ainsi, 2/3 des Français pourront bénéficier de la 5G d’ici 5 ans et pour le reste cela devra se faire dans les autres années à venir. C’est très très ambitieux et contraignants. Mais il faut au moins ça pour que les opérateurs de téléphonies, cette fois-ci, respectent leurs engagements.

Category
Tags

Comments are closed